Karadocteur Menu

Premier semestre d’internat validé

Premier semestre d’internat validé

Voilà déjà 6 mois que j’ai débuté l’internat d’anesthésie-réanimation : qu’est-ce que ça passe vite ! Au cours de ce stage d’anesth dans un hôpital périphérique, j’ai énormément progressé comme je vous le raconte dans mon dernier bilan réalisé il y a 3 mois. Et finalement, ces 3 derniers mois ont défilé à une allure folle : je n’ai pas vu du tout le temps passer ! Aujourd’hui, j’ai donc terminé et validé mon premier semestre d’internat : il est temps d’en faire un petit bilan.

Sur le plan théorique

livres

Sur le plan théorique, j’ai continué à me former en lisant les 2 livres d’anesthésie que je me suis offert en début de semestre : Le livre de l'interne en anesthésiologie et Atlas de poche d'anesthésie.

J’ai également continué à visionner les podcasts du site SIDES mis à disposition pour les internes en phase socle du DESAR-MIR.

De plus, j’ai découvert les chaînes YouTube de la SFAR et de la SRLF qui sont vraiment passionnantes sur certains sujets ! Pratique pour se distraire dans les transports en commun...

Enfin, pour approfondir certains points, j’ai commencé à lire des résumés de recommandations de la SFAR.

Tout ceci m’a permis de continuer à progresser en anesthésie. Je me sens de plus en plus capable de tenir de véritables discussions avec mes chefs concernant les avantages et les inconvénients des différentes prises en charge anesthésiques possibles.

La théorie ne s’acquiert pas toute seule, il faut quand même un peu réviser durant l’internat… Surtout que l’anesthésie n’est pas au programme des ECN : il y a 6 mois, je partais donc de zéro ! En prenant du recul, je constate que mes progrès sont énormes finalement. Je m’étonne moi-même.

Ce qui est marrant je trouve, c’est qu’au début du semestre ce sont principalement les IADE qui m’ont appris le métier d’anesthésiste. En fin de semestre, ce sont ces mêmes IADE qui m’appelaient pour les aider à gérer des moments complexes. Sans en être conscient sur le coup, c’est à cela que je vois aujourd’hui à quel point j’ai progressé au cours de ce semestre, en seulement 6 mois.

Sur le plan pratique

anesthesie sterile

Sur le plan pratique : idem ! Comme je vous le racontais lors de mon bilan de moitié de stage, j’ai pu réaliser un grand nombre de gestes techniques : intubations et pose de VVP principalement, mais aussi des rachianesthésies, des péridurales, des blocs nerveux périphériques, des poses de cathéters veineux centraux et des cathéters artériels, etc.

Au début du semestre, j’étais vraiment empoté et très maladroit ! Les chefs étaient obligés de reprendre la main à chaque fois pour diverses raisons, ce qui était très frustrant. Chaque geste était une découverte pour moi. J’avais beaucoup de stress et d’appréhension à les réaliser.

Finalement, je n'ai pas appris beaucoup de nouvelles choses au cours des 3 derniers mois, mais je suis sans commune mesure plus serein sur toute ma pratique. A tel point que mes chefs me laissent faire énormément de choses tout seul, sans qu’ils ne soient présents dans la salle. J’ai même pu tenir mon propre bloc opératoire et réaliser des anesthésies tout seul comme un grand à plusieurs reprises. J’ai pris énormément de confiance en moi et d’assurance dans mes gestes.

Mes points forts / points faibles

points forts faibles

Faire un bilan de stage, c’est aussi analyser ses points forts et ses points faibles, afin de progresser par la suite. C’est d’ailleurs ce que j’ai fait avec ma chef de service le dernier jour.

Il en est ressorti que mes points forts se retrouvent tout d’abord dans mon côté humain : je suis très avenant et souriant avec les patients et avec l’ensemble de l’équipe soignante. J’entretien globalement des bonnes relations avec tout le monde, ce qui n’est pas commun pour un anesthésiste !

Autre point positif : je suis très à l’écoute de tout le monde et très curieux. En effet, j’adore apprendre de nouvelles choses, aussi bien par les infirmières que par mes chefs. Evidemment, je mets ces informations en relation avec mes connaissances déjà acquises et j’essaye de retenir ce qui me semble pertinent et utile pour ma pratique future.

Au niveau de mes points faibles, je trouve personnellement que je n’arrive pas encore à ordonner les informations pour bien présenter les patients, que ce soit en staff à mes chefs ou au téléphone avec d’autre médecin. C’est un point qu’il faudra que je travaille, notamment en réanimation.

Dans le même principe, je trouve que je n’arrive pas bien à hiérarchiser les problèmes que pose un patient par ordre de gravité. Cela aussi est quelque chose qu’il faudra acquérir en réanimation.

De plus, comme précisé dans mon précédant article, la gestion de l’urgence est un point essentiel du métier d’anesthésiste-réanimateur qu’il faut apprendre à maîtriser. C’est un aspect du métier qui s’apprend nécessairement en réanimation et il faudra donc que je progresse sur ce point.

En conclusion

Pour conclure ce bilan de stage d'anesthésie : c’était très enrichissant sur le plan personnel et professionnel ! J’ai énormément progressé en anesthésie et je remercie l’équipe soignante de m’avoir tant apporté.

Durant ce premier stage d’internat en anesthésie j’ai finalement appris à faire l’IADE… En effet, je suis resté majoritairement à leur côté, ce qui m’a permis de comprendre leur métier et de les aider au quotidien. En réalité, je n’ai été au contact des médecins uniquement lors des inductions et des situations d’urgence. Le reste du temps ils étaient occupés aux consultations ou en salle de réveil alors que moi je restais dans le bloc opératoire. C’est un peu dommage je trouve, et quelquefois frustrant, mais c’est un passage nécessaire pour l’apprentissage du métier à mon avis.

Le seul point que je regrette au niveau de ma pratique est de ne pas avoir fait beaucoup de consultations d’anesthésie, qu’elles soient programmées ou en urgence. C’est un des points que je devrai travailler dans le futur, notamment pour la gestion péri-opératoires des médicaments (anticoagulants, antiagrégants, etc).

L’anesthésie c’est donc terminé pour moi durant les 6 prochains mois minimum. En effet, au cours de la phase socle du DESAR-MIR, il est obligatoire de réaliser 6 mois d’anesthésie et 6 mois de réanimation. C’est pourquoi dès la fin de semaine j’attaque mon premier stage d’internat de réanimation : le deuxième semestre déjà !