Karadocteur Menu

Réanimation Chirurgicale : premier mois

Réanimation Chirurgicale : premier mois

Dès la fin de la première vague de COVID-19 en France, j'ai changé de terrain de stage pour réaliser mon quatrième semestre en Réanimation Chirgurgicale. J'explique d'ailleurs dans un article précédent les raisons qui m'ont poussé à choisir ce stage au CHU ainsi que mes différents objectifs. Dans cet article, je vais donc vous décrire mon expérience et mon ressenti après ce premier mois.

Organisation et fonctionnement du service

L'organisation du service est réglée comme du papier à musique.

staff médical

A 8h30 tapante, toute l'équipe médicale doit se présenter devant le box N°1, sans retard. A partir de là, l'équipe de garde commence les transmissions en présentant très rapidement le patient. Ils doivent surtout parler des problèmes posés sur la nuit, rappeler si possible les éléments clefs de la prise en charge de la veille et ce qu'il reste à accomplir à l'avenir. Rien d'exhaustifs, ce n'est pas un staff, juste des transmissions.

Ceci est répété petit à petit devant les 16 box qui constituent le service.

Les seules fois où les patients sont présentés en détail : ce sont les admissions de la nuit, faites sur la garde. Dans ce cas, la présentation doit être parfaite et exhaustive, afin que l'équipe du jour comprenne la problématique et puisse poursuivre la prise en charge avec efficacité.

Après ces transmissions qui durent 30 minutes à 1 heure maximum, les internes se répartissent les patients. Il y a maximum 16 lits disponibles, comme je l'ai dis précédemment. 4 internes doivent être présents au minimum tous les jours, ce qui fait au maximum 4 patients par internes. Cependant, généralement tous nos lits ne sont pas pris puisqu'ils faut conserver une voire deux places en cas d'admission urgente, comme un traumatisé grave. Ces 4 internes prennent en charge leurs patients pour gérer les problèmes médicaux du quotidien. En revanche, ils ne s'occupent pas des admissions. Les admissions sont gérées par un cinquième interne, appelé le "volant" et qui est en fait l'interne de garde de la nuit. Ce dernier a également le rôle de poser les différents cathéters (voie veineuse central, cathéter artériel, drain pleural, etc.) aux patients du service, de transporter les patients au scanner, à l'IRM ou encore au bloc opératoire.

Ce mode de fonctionnement permet aux internes du jour de ne pas perdre de temps dans leur visite médicale et donc de se concentrer sur la prise en charge des patients. Quant à l'interne volant qui sera de garde la nuit, il peut suivre d'un oeil l'ensemble des patients du service et connait les admissions de la journée qui pourraient se compliquer durant la nuit.

Enfin, 2 médecins séniors supervisent ces 5 internes.

A 12h30 pile, nous allons tous chercher nos plats pour manger en salle de staff, ensemble. C'est hyper agréable ! Cependant, quelquefois des admissions surviennent ou des patients se dégradent juste à ce moment-là... Dans ce cas, l'interne volant et le médecin sénior mangeront plus tard dans l'après-midi. Tant pis pour eux !

staff médical

A 13h30 tapante, c'est l'heure du vrai staff ! Là, les internes présentent tous les patients dans le détail, devant l'ensemble des médecins du service : la prise en charge effectuée jusqu'à maintenant, les problèmes qu'ils posent actuellement et ce qu'il reste à effectuer. C'est un exercice compliqué, qui nécessite tout d'abord d'avoir bien compris le dossier du patient, mais aussi qui demande des capacités de synthèse et d'expression orale non-négligeables. C'est un peu stressant au début, mais les chefs ne sont pas méchants et reprennent les erreurs grossières ou complètent les informations essentielles manquantes.

A la fin de ce staff vers 14h30 - 15h, nous retournons tous finir les tâches que nous avons commencé le matin.

A 17 heure pile, c'est maintenant l'heure des transmissions pour l'équipe de garde. Comme le matin à 8h30, on se retrouve tous devant le BOX N°1 et rebelote. Cette fois c'est l'interne de la journée qui parle de son patient, en ne disant cette fois uniquement les choses qui ont changé depuis le staff de 13h30. Généralement ces transmissions sont très rapides.

Ce système d'organisation nous permet de finir officiellement nos journées à 17h30. Cependant, il reste souvent des tâches à accomplir, comme des échographies cardiaques ou des dopplers transcrâniens, ainsi que des courriers de sorties... Cela fait que nous, internes, ne partons pas du service avant 18h30 voire 19 heure. Ceci fait donc des journées de travail d'environ 10 heures, avec 45 minutes voire 1 heure de pause le midi.

De plus, il faut nécessairement parler des gardes de nuit : chaque interne a environ 1 garde de nuit par semaine.

Au total, ce système fait que chaque interne travaille en moyenne environ 65 heures par semaine. Evidemment, il m'est arrivé certaines semaines d'en faire un peu moins (50 heures le minimum) ou un peu plus (jusqu'à 88 heures du lundi au dimanche...).

Le recrutement des patients

salle de déchocage

Le recrutement des patients du service est vraiment varié.

Tout d'abord, nous admettons tous les jours des patients en post-opératoire d'une chirurgie lourde réglée de type transplantation hépatique ou rénale, oesophagectomie, surrénalectomie, etc.

Ensuite, nous avons admis également des patients qui se sont compliqués lors d'une chirurgie banale, comme des chocs hémorragiques sur plaie vasculaire ou des chocs anaphylactiques.

Enfin, les admissions les plus intéressantes concernant les urgences et les déchocages, c'est à dire les patients traumatisés graves, comme lors d'accidents de la voie publique par exemple. En revanche, certaines urgences sont plutôt déprimantes, je pense notamment aux hémorragies sous-arachnoïdiennes (HSA) et aux AVC très étendus avec un potentiel d'amélioration quasi-inexistant...

Mon ressenti

epanoui

Je ne vais pas y aller par 4 chemins : je me régale !

Je suis vraiment épanouï dans mon travail, à tel point que je ne vois pas du tout le temps passer la journée... En revanche, il est vrai que les gardes de 24 heures d'affilées sont très longues, fatiguantes, épuisantes... Je ne comprend pas que ce soit encore légal de faire ça !

Dans l'ensemble, la prise en charge de ces pathologies m'intéresse beaucoup. Comme vous le constatez, c'est extrêmement varié ! On fait des admissions quasiment programmée et de très grosses urgences vitales. C'est vraiment stimulant ! A tel point que quand je rentre chez moi, je passe encore au minimum 1 heure à lire des articles sur certaines pathologies que présentent mes patients, afin de continuer à me former !

Moi qui me posait la question de savoir si je serais vraiment intéressé pour travailler à long terme dans un service de réanimation chirurgicale : après seulement 1 mois, la réponse est clairement oui ! C'est ce genre de travail qui peut contribuer à me rendre heureux !

Et vous, que pensez-vous de ce mode d'organisation du service ?