Karadocteur Menu

Comment choisir sa spécialité pour l'internat après les ECN ?

Comment choisir sa spécialité pour l'internat après les ECN ?

Après avoir obtenu les résultats des ECN, s’est installée une grande période de doutes et de réflexions jusqu’au moment fatidique des choix de spécialité médicale pour la suite de ma carrière et de région d’exercice pour mes prochaines années d’internat. En effet, comme beaucoup d’étudiants dans ma situation, j’ai longtemps hésité…

Alors, comment choisir une spécialité pour l’internat après les ECN ? Je vais vous raconter comment s’est déroulée ma réflexion estivale.

Le métier parfait ?

squelette

La première chose à faire : définir votre métier idéal ! Vous adorez réfléchir sur des maladies complexes comme si c'était des énigmes ? Ou bien êtes-vous plutôt fait pour aider les gens, avec de grandes qualités de relationnel et de discussion avec vos patients ? Ou alors considérez-vous ce travail comme un autre et privilégiez-vous votre qualité de vie avec un salaire confortable ? Voilà la première grande question à laquelle j'ai essayé de répondre. Evidemment il n'y a pas de réponse absolue, cela dépend de votre personnalité, de vos aspirations et de votre état d'esprit sur le moment.

Personnellement, j’aime énormément la médecine, surtout pour l’aspect scientifique. Ce qui me plaît le plus, je vous le dis sans hésiter : la physiologie. J’adore comprendre comment fonctionne le corps humain normal et l’organisme dans son ensemble. C’est pourquoi j’ai éliminé l’ultra-spécialisation (hépato-gastro-entérologie, cardiologie, néphrologie, pneumologie, etc) : je ne veux pas me restreindre à un seul organe et oublier presque tout le reste… Je veux considérer mes patients dans leur globalité : pour moi, c’est leur personne entière qui est malade, sur tous les plans.

Réfléchir ou être chirurgien ?

chirurgie

Deuxièmement, je pense qu'il faut très vite se demander si vous avez plutôt une âme de médecin ou une âme de chirurgien ? Ce sont 2 métiers complètement différents, avec des mentalités complètement différentes...

Personnellement, j’aime beaucoup la sémiologie clinique, réfléchir et faire des hypothèses diagnostiques puis analyser des examens complémentaires divers et variés afin de les valider ou les réfuter : j’ai donc éliminé les spécialités chirurgicales. Effectivement, même si j’ai beaucoup apprécié mes stages en chirurgie durant l’externat (surtout la chirurgie orthopédique et la chirurgie plastique), je ne me voyais pas faire cela toute ma vie, j’ai besoin d’énigmes. Et puis, concernant la qualité de vie : ce n’est pas leur point fort je trouve… Ils font tellement d'heures à l’hôpital, même les plus vieux !

Quelles sont les différentes spécialités médicales possibles ?

Après avoir répondu aux questions précédentes, vous pouvez établir une petite liste des spécialités qui vous intéressent. A titre d'information, voici la liste des 44 spécialités médicales (DES) disponibles à ce jour :

  1. Allergologie
  2. Anesthésie-Réanimation
  3. Anatomie et Cytologie pathologiques
  4. Biologie médicale
  5. Chirurgie Maxillo-Faciale
  6. Chirurgie Orale
  7. Chirurgie Orthopédique et traumatologique
  8. Chirurgie Pédiatrique
  9. Chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique
  10. Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire
  11. Chirurgie Vasculaire
  12. Chirurgie Viscérale et Digestive
  13. Dermatologie – Vénérologie
  14. Endocrinologie, diabétologie et nutrition
  15. Génétique médicale
  16. Gériatrie
  17. Gynécologie médicale
  18. Gynécologie – Obstétrique
  19. Hématologie
  20. Hépato-gastro-entérologie
  21. Maladies Infectieuses et Tropicales
  22. Médecine Cardiovasculaire
  23. Médecine Générale
  24. Médecine Intensive-Réanimation
  25. Médecine Interne et Immunologie clinique
  26. Médecine Légale et expertise médicale
  27. Médecine Nucléaire
  28. Médecine Physique et Réadaptation
  29. Médecine et Santé au Travail
  30. Médecine Vasculaire
  31. Médecine d’Urgence
  32. Néphrologie
  33. Neurochirurgie
  34. Neurologie
  35. Oncologie : Option précoce – Oncologie Médicale
  36. Ophtalmologie
  37. Oto-rhino-laryngologie et chirurgie cervico-faciale
  38. Pédiatrie
  39. Pneumologie
  40. Psychiatrie
  41. Radiologie et Imagerie Médicale
  42. Rhumatologie
  43. Santé publique
  44. Urologie

Pour m'aider, j'ai également pris le temps d'analyser mon tableau qui liste les items au programme des iECN et j'ai surligné les items qui m'ont le plus intéressés durant l'externat. Et devinez quoi ? Pleins de maladies diverses et variées, touchant plusieurs organes différents, me plaisaient... Difficile de choisir du coup, mais cela me réconfortait dans mon choix d'opter pour une spécialité transversale.

Voici donc les spécialités compatibles avec ma personnalité :

  • Médecine générale,
  • Médecine interne,
  • Médecine intensive et réanimation,
  • Anesthésie-Réanimation

Ce qui m’excite, c’est la Noradré !

urgence

En allant régulièrement en stage à l’hôpital, je me suis rapidement rendu compte que j'étais très attiré par l’ambiance des urgences vitales, par l’adrénaline que procure certaines situations complexes : arrêts cardiaques, détresses respiratoires, infections sévères, etc.

J’aime aussi faire des gestes techniques comme poser des VVP, VVC, cathéters artériels, des drains thoraciques et autres sondes diverses ! Je veux être autonome et sentir que je suis utile et efficace immédiatement pour quelqu’un en détresse. Je veux des situations de crises aigues !

A l’inverse, je pense qu’à long terme je m’ennuierais si mon job consistait principalement à suivre des patients ayant des pathologies chroniques. Pour vous dire, je m'ennuyais énormément en stage d'externe dans les services de médecine où l'on devait faire des visites interminables de chambre en chambre… C’est pourquoi j’ai encore éliminé la médecine générale et la médecine interne.

Anesthésie-Réanimation (AR) ou Médecine Intensive et Réanimation (MIR) ?

singe perplexe

Du coup, comment choisir entre l’Anesthésie-Réanimation (AR) et la Médecine Intensive et Réanimation (MIR), cette spécialité nouvellement créée ?

Je n’ai pas de réponse claire et précise… Tout est flou. Très peu d’informations me sont parvenues, si ce n’est que les anesthésistes me conseillaient de faire de l’Anesth-Réa et les intensivistes de choisir MIR…

Personnellement, je ne comprends pas l’intérêt de la spécialité MIR... Pour moi, AR et MIR traitent les mêmes pathologies réanimatoires, mais les AR font de l’anesthésie en plus.

Simplement grâce à ma petite expérience en stage durant mes 3 ans d’externat, j’ai vite compris pourquoi l’anesthésie et la réanimation sont inséparables. Les techniques et médicaments utilisés en anesthésie sont les mêmes qu’en réanimation, et inversement. On n’y pense peut-être pas de prime abord, mais dans la réalité les connaissances en anesthésie sont complémentaires de celles de réanimation. C’est indissociable !

En anesthésie, on endort un patient pour pas qu’il ne souffre ni ne se souvienne de l’opération. En réanimation on endort un patient pour diminuer son métabolisme afin qu’il utilise toute son énergie à tenter de se rétablir. Puis, dans les 2 cas, on utilise les mêmes techniques qui consistent à surveiller et maintenir les constantes vitales au plus proche de la normale…

De plus, je pense qu’au cours de l’internat, un AR et un MIR acquerront les mêmes compétences en réanimation, mais cependant les AR posséderont des connaissances en plus en anesthésie. C’est pourquoi au final, après être diplômé, je pense qu’il sera plus facile de trouver un poste en étant AR plutôt que MIR (sauf peut-être dans les réanimations médicales tenues par des MIR et où il peut régner quelques guerres d’égo, notamment dans les grands CHU…).

En tout cas, je pense sincèrement que dans une réanimation, un MIR n’apportera rien de plus qu’un AR. C’est dans ce sens que je pense que l’existence de cette nouvelle spécialité n’a pas de sens… Je trouve qu’il serait plus judicieux dans une réanimation d’avoir des AR ainsi que des spécialistes d’organes (pneumologues, néphrologues, cardiologues, etc) qui eux pourraient apporter leurs savoirs spécifiques en plus.

Imaginez simplement un hôpital de périphérie : selon vous, va-t-il préférer embaucher plutôt un MIR qui sera restreint à la réanimation ou plutôt un AR qui fera tourner à la fois le bloc opératoire et pourra effectuer des gardes en réanimation ?

Ou bien encore, imaginez un petit hôpital qui ne possède pas de grosse réanimation médicale comme au CHU : va-t-il embaucher un MIR qui n’aura pas de service où travailler ou un AR qui fera de l’anesthésie en temps normal et qui pourra donner des avis et prendre en charge les urgences vitales de l’hôpital ?

Je vous laisse réfléchir…

MIR : un conflit passionnel

passion

Il faut dire ce qui est : la Médecine-Intensive et Réanimation (MIR) a vraiment l’air d’être une excellente spécialité sur le papier. La maquette des stages durant l’internat est passionnante et les pathologies à prendre en charge correspondent vraiment à ce qui me plait le plus dans la médecine, je le reconnais aisément. Il s’agit d’une spécialité extraordinaire mais extrêmement prenante et stressante au quotidien.

Cependant, cette spécialité faisant partie des dernières réformes, il n’y a que très peu d’informations concernant son avenir et les portes de sortie possibles. A l’heure actuelle, en s’engageant dans la MIR, on est obligé d’y rester pour toute sa vie. Certains prétendent qu'il sera possible, dans le futur, de bifurquer vers une autre spécialité, mais aujourd'hui, c'est impossible. Impossible donc de devenir par la suite généraliste, pneumologue ou néphrologue… Réanimateur médical un jour : réanimateur médical toujours !

Du coup, aujourd’hui, je me verrai très bien faire de la MIR, pourquoi pas ! Mais dans 10 ans ? 15 ans ? 20 ans ? Je ne sais pas, je n’aurai peut-être plus envie d’enchaîner les heures à l’hôpital… Et puis, je veux aussi avoir une vie de famille !

Anesthésie-Réanimation : un excellent compromis

homer simpson

Je pense franchement que choisir anesth-réa me permettra de faire de la réanimation au début de ma carrière, puis avec le temps de bifurquer petit à petit et pratiquer de plus en plus l’anesthésie. C’est une certaine qualité de vie à ne pas négliger !

En revanche, je reconnais que pour choisir AR, il faut aussi aimer l’anesthésie… Et ça, ce n’est pas le cas pour tout le monde ! En effet, l’anesthésie est une spécialité très particulière, qui n’est pas enseignée pour les ECN et qui nécessite donc de se remettre un peu la tête dans les bouquins…

Dans la vie, il faut savoir faire des choix... Et personnellement, j’ai opté pour l’Anesthésie-Réanimation !

L’avenir nous dira si j’ai bien fait, ou pas… D'ailleurs, je peux déjà vous parler de mes premiers jours d'interne en anesthésie !

Et vous, qu'avez-vous choisi ou envie de choisir ? Et surtout pourquoi ? :-)