Organisation des études de médecine en France

Organisation des études de médecine en France

La rentrée scolaire vient tout juste d'avoir lieu pour de nombreux lycéens. Après les premières semaines d'acclimatation, la question de l'orientation post-bac ne tardera pas à se poser. Et comme chaque année, de nombreux étudiants vont s'orienter vers des études de médecine.

Cela se comprend en raison de l'attractivité de l'ensemble des différentes professions médicales en ce qui concerne la sécurité de l'emploi, les multiples possibilités d'exercice, la qualité de vie avec des revenus honorables mais aussi et surtout pour aider les gens, en particulier en cette période de crise sanitaire due à la COVID-19.

Cependant, pour accéder à ces métiers auparavant prestigieux, il faut subir des études longues et difficiles, nécessitant de nombreux sacrifices. Il faut en être conscient et donc bien s'informer avant de s'y lancer corps et âmes.

Or, l'organisation des études de médecine n'est pas facile à comprendre de prime abord, d'autant plus que de nombreuses réformes ont été mises en place ces dernières années. C'est pourquoi j'ai décidé d'écrire cet article dans le but d'expliquer comment devenir médecin en France actuellement

Quelle est la durée des études de médecine ?

Concernant la formation initiale, les études médicales durent au minimum 9 ans pour les futurs docteurs en médecine générale et quelques années supplémentaires selon les spécialités (jusqu'à 12 ans). Cette formation iniale est décomposée en 3 cycles, tous ayant été réformés très récemment.

Quoi qu'il arrive, sachez que la formation continue est une obligation envers les patients, c'est-à-dire que chaque médecin doit mettre à jour ses connaissances et compétences tout au long de sa carrière. Ces études sont réellement interminables !

Premier cycle

Première année de médecine

Le premier cycle des études de médecine débutait auparavant par la PACES, signifiant "première année commune aux études de santé". Le terme de "commune" fait référence aujourd'hui à la filiaire MMOPK regroupant les filiaires de médecine, maïeutique (sage-femme), odontologie (dentiste), pharmacie et kinésithérapie.

La récente réforme offre la possibilité de valider cette première année via 2 possibilités, accessibles après le BAC via la plateforme Parcoursup :

  • Un "parcours accès spécifique santé" (PASS) dans une faculté de médecine : une seule année, sanctionnée par un concours. Chaque faculté décide du nombre d'étudiants qu'elle peut admettre, c'est le numerus apertus, différent du numerus clausus qui était décidé au niveau national. Si vous faites partie des mieux classés au concours, vous passez en 2e année. Sinon aucun redoublement n'est possible, même si vous avez validé l'année en ayant obtenu 60 ECTS. Dans ce cas, il est possible de vous réorienter vers une license offrant une option "accès santé".
  • Une license offrant une option "accès santé" (LAS) dans n'importe quelle faculté : la validation de la première année d'une telle license donne le droit aux étudiants de 2e ou 3e année de passer un concours spécifiques entre-eux. Là encore, c'est la faculté de médecine qui décide du nombre d'étudiants en LAS qu'elle peut recevoir.

En cas d'échec, il n'est possible de s'inscrire que deux fois aux concours d'accès aux études de santé : soit après 1 PASS puis 1 LAS, soit après 2 LAS.

A noter que des passerelles pour des personnes venues d'autres filiaires sont également possibles après concours, notamment depuis des études d'infirmières. Peu de places sont réservées et les modalités d'accès divergent selon les facultés, raison pour laquelle je n'en parlerai pas dans cet article.

2e et 3e année de médecine

Après avoir été admis aux concours de médecine via un PASS ou une LAS, vous pouvez accéder aux 2e puis 3e année de médecine. On nomme ces années le "diplôme de formation générale en sciences médicales" dont l'accronyme est DFGSM.

Au cours de ces 2 ans d'équivalence license, vous approfondirez vos connaissances en biologie et commencerez à appréhender des notions de physiopathologie et de sémiologie à la faculté, en alternance avec quelques stages hospitaliers permettant idéalement d'apprendre un peu de médecine au lit des patients.

Ces années correspondent au moment parfait pour s'épanouir, découvrir autre chose que les études et faire la fête !

Deuxième cycle : l'externat !

Après avoir validé les 3 premières années, vous pouvez débuter le 2e cycle des études médicales, qui comprend 3 années. On appelle officiellement cette période le "diplôme de formation approfondie en sciences médicales" dont l'accronyme est DFASM. Officieusement, c'est l'externat

Vous alternerez les cours magistraux à la faculté concernant les différentes pathologies, leurs thérapeutiques et leur prévention ainsi que les stages hospitaliers plus ou moins prenants.

Suppression des ECN !

Jusqu'en 2024, les étudiants en 6e année de médecine doivent se soumettre aux épreuves classantes nationales informatisées. Il s'agit d'un concours se déroulant le même jour et à la même heure, en juin, entre tous les étudiants de France, permettant de les départager afin de pouvoir choisir la spécialité médicale et la subdivision (ou région) de formation.

En revanche, la réforme du deuxième cycle (R2C) concerne les étudiants qui rentrent en 4e année de médecine à partir de cette année 2021. Ainsi, en 2024 les ECN seront supprimés. 

Réforme des ECN

Pour départager les étudiants, un système de "matching" sera instauré afin de faire correspondre le profil d'un étudiant avec un poste spécialité / ville (exemple : Cardiologie en Aquitaine), à la manière de Parcoursup. Il n'y aura plus de classement unique pour les 9000 étudiants, mais des classements différents pour chacune des 44 spécialités.

Cet algorithme prendra en compte 3 composantes de poids inégal visant à évaluer les connaissances théoriques, les compétences pratiques et le curriculum vitae :

  • Epreuve dématérialisée nationale (EDN) : pour 60 %. Cette épreuve sera plus courte que les ECN et se déroulera en octobre. Le programme officiel devrait être raccourci.
  • Examen clinique objectif et structuré (ECOS) : pour 30 %. Il s'agit d'une mise en situation clinique permettant d'analyser le comportement, le raisonnement et les capacités de communication de l'étudiant. Une évaluation finale sera faite en mai par des universitaires provenant d'autres facultés.
  • Valorisation du parcours étudiant : pour 10 %. Il faudra dorénavant savoir te vendre : expliquer tes centres d'intérêts, ton engagement associatif ou caritatif, discuter de ton parcours de recherche, etc.

Troisième cycle : l'internat !

Après avoir réussi les iECN si vous avez la chance de passer avant 2024 ou bien après avoir subi le "matching", vous devenez médecin pour de vrai ! Vous n'êtes pas encore docteur, juste médecin. Au cours de cette période, vous pourrez consulter, examiner, prescrire tout seul mais sous la responsabilité d'un médecin sénior.

L'internat est divisé en semestres permettant aux internes de travailler dans un même service pendant 6 mois, puis de changer pour se former ailleurs pour 6 mois également.

Une semaine type doit comporter officiellement 8 demies-journées de présence à l'hôpital et 2 demies-journées de formation (une sous la responsabilité d'un coordonateur, l'autre de manière autonome).

En réalité, la formation est quasiment impossible puisque les effectifs de médecins séniors à l'hôpital sont au plus bas et les internes sont ainsi exploités jusqu'à épuisement afin d'assurer les soins... Il m'est arrivé de devoir réaliser des semaines de plus de 100 heures travaillées, notamment lors de mon semestre en médecine intensive - réanimation, sans remerciement ni rémunération particulière puisque les heures ne sont pas comptabilitées... C'est scandaleux n'est-ce pas ? Qui d'autre accepterait de travailler dans ces conditions ?

Pour chaque diplôme d'études spécialisées (DES), il existe des maquettes obligeant les internes à passer dans un certain nombre de stages particuliers, dans un centre hospitalier universitaire (CHU), en périphérie ou en cabinet. Ainsi depuis la réforme du 3e cycle (R3C), pour la médecine générale l'internat dure 3 ans en comprenant 2 phases, alors que pour toutes les autres spécialités l'internat dure entre 4 et 6 ans et comprend 3 phases :

  • Une phase socle : permet l'apprentissage des bases de la spécialité et dure généralement 1 ans (2 semestres), sauf pour le DES de biologie médicale pour laquelle cette phase dure 2 ans.
  • Une phase d'approfondissement : permet de poursuivre sa formation et d'acquérir de l'expérience. Une thèse d'exercice doit être passée avant la fin de cette phase, sauf pour les médecins généralistes.
  • Une phase de consolidation : l'interne thésé obtient le nouveau statut de docteur junior pendant 1 an pour les spécialités médicales et 2 ans pour les spécialités chirurgicales. Cette phase de consolidation doit se clôturer par la présentation d'un mémoire, possiblement sous forme d'article de recherche original.

A la fin de l'internat, le docteur en médecine devient enfin libre de trouver un poste à sa convenance !

Enfin, pas tout à fait : il est souvent souhaitable, en fonction de la spécialité poursuivie, de faire un post-internat. Différents statuts sont possibles, dont les choix se résument généralement entre chef de clinique assistant (CCA) ou assistant spécialiste. J'en parlerai dans un futur article !

Conclusion

En conclusion, on peut dire que les études de médecine en France sont longues et complexes, d'autant plus que les réformes sont très récentes ou en cours d'application.

Beaucoup de choses vont êtres éclaircies voire vont changer prochainement, dans le bon sens espérons-nous !

Et vous, qu'en pensez-vous ?


Si cet article vous a fait réagir, n'hésitez pas à laisser votre commentaire ci-dessous. Toutes les remarques sont les bienvenues !

Enfin, si vous souhaitez être tenu informé lors de la parution de nouveaux articles, je vous conseille de vous abonner à ma lettre d'information. Je ne vous enverrai jamais de publicité ou de SPAMs, c'est promis !

Informations

Publié par Karadocteur
le 01/10/2021 à 09h25
modifié le 01/10/2021 à 09h39

Dans la catégorie Médecine

Newsletters

Souhaiteriez-vous être prévenu lors de la parution de prochains articles sur le blog ? Pour cela, je vous invite à vous abonner gratuitement à ma lettre d'information :

Sur le même sujet

Les bases de la ventilation mécanique
Les bases de la ventilation mécanique
Lactate : métabolisme et physiopathologie
Lactate : métabolisme et physiopathologie
Changer de ville pour l'internat de médecine
Changer de ville pour l'internat de médecine

Commentaires

Votre soutien

Le contenu de ce blog vous intéresse ? Vous aimeriez bien le voir persister et évoluer quelque temps encore ? Alors sachez que votre soutien me serait d'une grande aide :

Me soutenir